M. Zenasni (le soir d'Algerie 08/07/2009)

Régions : BÉNI-SAF
La Costa de Ghar El-Baroud

M. Zenasni Le soir d'Algerie 08/07/2009

Cette petite ville coloniale reste unique dans l’Ouest algérien, car même quand les premiers frissons d’automne balayent les rivages, les plages des puits, Sidi-Djelloul, Sidi- Safi restent toujours animées et certains vacanciers prolongent leur séjour jusqu’à la veille du Ramadhan.
A 60 km au nord de Tlemcen, Béni- Saf fait rêver plus d’un. Dans les années 1960, Ahmed Wahby et Remiti faisaient vibrer Ghar-El-Baroud qui semble aujourd’hui encore défier le temps et rappeler aux nostalgiques le temps heureux de la cité minière que fut Béni- Saf. Pour les medahate, c’était Beni-Safezzine. La petite ville côtière évoque à ce jour beaucoup de choses à la fois, la mine de fer, la sardine, la légendaire équipe de basket-ball, les Benallal et la Soudani. Tout en gardant son cachet colonial d’essence hispanique et mauresque, Béni-Saf demeure le carrefour obligé des vacanciers de l’Ouest et du Sud-Ouest. La ville de Sidi-Safi offre pour cela plusieurs avantages. D’abord, un réseau routier en bon état qui facilite la fluidité de la circulation en période estivale. D’autre part, à comparer à d’autres sites touristiques, les plages de Rachgoun, Béni-Saf et Sidi Boucif offrent plus de sécurité aux estivants, ce qui, il faut le dire, n’est pas le cas ailleurs. Pour le visiteur qui vient de loin, il suffit d’un premier contact pour ne pas sentir dépaysé. Et pour cause, le Bénisafien aborde le sourire quoi qu’il arrive, les enfants de Sidi-Safi ont un faible pour l’humour et la plaisanterie. Sur le plan économique, les vacanciers trouvent aussi leur compte, tout est disponible et les prix ne changent pas, hiver comme été, et pourtant il reste beaucoup pour faire de Béni-Saf un véritable fleuron du tourisme de la côte ouest. Cet été-là, les élus ont tout de même apporté un petit plus à la cité. L’avenue principale qui donne sur la plage a été refaite et offre de grands espaces de stationnement, la seule fausse note reste évidemment le manque de civisme de la part de certain estivants qui polluent les rivages. Enfin, Béni-Saf reste tout de même un endroit apprécié par les vacanciers. Malheureusement, aucun investissement en matière de tourisme n’a été entrepris durant ces dernières années. Là encore, la politique a fait des siennes, car au lendemain de l’indépendance, Béni-Saf était une daïra de la wilaya de Tlemcen. A l’époque, beaucoup de projets étaient retenus pour faire de cette côte un véritable pôle touristique. Aujourd’hui, elle est rattachée à la wilaya d’Aïn-Témouchent à vocation agricole. En effet, le vignoble à lui seul constituait une vraie richesse. La plupart de nos côtes se meurent, les professionnels du tourisme ne se bousculent pas au portillon.
M. Zenasni

Ce site est à votre disposition ,vous enfants de Beni-saf

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site